Facebook et Kaspersky s’allient contre les malwares

1

Les réseaux sociaux sont un des vecteurs les plus efficaces (avec les mails) pour la diffusion de malwares en tout genre. C’est dans et optique de lutte contre les e-menaces et le piratage que Facebook vient de signer un partenariat avec la société russe Kaspersky.

Après avoir conclu des accords avec les sociétés F-Secure, Trend Micro ou encore ESET, Facebook signe cette fois un partenariat avec la société russe éditrice de solutions de sécurité Kaspersky. L’objectif du réseau social de Marc Zuckerberg est bien entendu d’éradiquer totalement les malwares qui font régulièrement des ravages sur Facebook. Ce dernier compte bien tout faire pour protéger ses utilisateurs !

Avec son milliard de comptes actifs, Facebook est une cible principale pour les pirates :  tentatives d’hameçonnage, injection de malwares, diffusion de contenus dangereux, tout y passe. Question d’image, le réseau social souhaite pouvoir assurer à ses utilisateurs qu’ils ne feront pas l’objet d’une cyberattaque.

Kaspersky travaille au quotidien sur de nombreuses solutions de sécurité et a proposé un partenariat à Facebook, symbolisé par une adaptation sur-mesure de son logiciel « Malware Scan » à grande échelle. Ainsi, les utilisateurs qui seront menacés par un malware, un logiciel malveillant, seront automatiquement repérés par Facebook, qui leur proposera dans la foulée d’effectuer un scan de leur machine à la recherche d’un virus.

Facebook teste actuellement cette solution sur un échantillon de deux millions de comptes utilisateurs sur les trois derniers mois et les résultats se sont avérés positifs. Les utilisateurs en question ont donc pu nettoyer leurs ordinateurs. A suivre.

 

Source : Zone Numérique

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Notifiez-moi des commentaires à venir via e-mail. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.