Interview: Libertitude, Les Insoumis du Numérique

0

Libertitude.org – Les Insoumis du Numérique : Ce site, fondé par des anciens membres de la Ligue Odebi, analyse l’actualité, décrypte les lois, défend les droits des internautes, rend accessible et compréhensible par tous le contenu de ces lois liberticides. Cet interview a été réalisée par eKlipZ pour le Journal Du Pirate.

« Nous invitons chaque internaute à venir visiter Libertitude.org afin d’avoir une vision plus claire et plus précise sur les mensonges perpétuels de nos dirigeants […] et tous les ennemis de la liberté. » Lisez donc cet article afin d’en apprendre plus sur Libertitude.org, et comprendre les raisons et les enjeux de leurs actions.
Pour la défense de nos libertés, pas seulement sur le Web, nous sommes tous concernés…

Le journal du pirate : Libertitude.org, c’est plus qu’un simple site d’informations.
Quelle est votre démarche ?

Doc Mac : Dans cette période trouble où de nombreuses lois viennent mettre à mal l’ensemble de nos libertés et tentent de faire du Net un camp de concentration numérique voué aux marchands, notre démarche s’inscrit dans la dénonciation des diverses manœuvres qui mènent à cette situation, et dans un avenir proche, dans l’organisation de revendications massives sur le Web.

___________________________________________________________________________________

JdP : Vous vous dites apolitique.
Pourtant, vous exprimez une opinion politique en critiquant telle ou telle mesure prise par le gouvernement. Ce n’est pas paradoxal ?

Doc Mac : Comme les mesures prises contre nos libertés sont faites par des politiques, il est de notre devoir de dénoncer leurs agissements.
Il n’y a pas que le gouvernement contre lequel nous luttons. Si vous prenez le temps de lire l’ensemble de nos articles, vous verrez que nous avons un certain nombre de griefs contre le PS qui, pour nous, ne présage rien de bon pour nos libertés, étant donné que les motivations des socialistes sont assez similaires à celles du gouvernement actuel.

___________________________________________________________________________________

JdP : Cela ne risque-t-il pas d’atteindre votre crédibilité ?

Doc Mac : De nos jours, dès que l’on pense différemment du pouvoir en place ou de l’intelligentsia assoiffée de pouvoir, qu’elle soit de droite ou de « gauche » (PS), on se fait systématiquement traiter de « populiste », sans que personne ne puisse opposer d’argument valable.

Crédibilité, pour qui ?  Pour quoi ? Jusqu’alors, les sites de revendication contre toutes ces lois liberticides s’adressaient avant tout aux personnes connaissant parfaitement les rouages des nouvelles technologies.  Notre credo est de populariser nos revendications pour qu’elles soient également entendues par les personnes qui ne sont pas spécialistes du Web, car c’est en s’ouvrant sur l’ensemble de la population que nous ferons mouche, et de fait le nombre de connexions à notre site est en constante augmentation. 2011, pour nous, marquera le début de nos actions sur le Web, des « manifestations citoyennes » pour dénoncer les agissements liberticides et les passe-droits des politiques.

___________________________________________________________________________________

JdP : Hadopi, loi liberticide. Vous êtes sans aucun doute contre cette loi et ses effets négatifs sur l’accès à la Culture sur le Net ?

Doc Mac : Oui, Hadopi, tout comme la taxe Sacem, est avant tout un système qui vise à favoriser la diffusion de la soupe que nous servent les majors.
La culture est ailleurs, le PS comme l’UMP ayant détruit, année après année, le statut des artistes pour favoriser l’industrie du disque et du cinéma.
Mais Hadopi annonce des choses encore plus terribles, donnant tous pouvoirs à l’État sur les citoyens, multipliant les fichiers et privant de plus en plus les citoyens de leurs libertés fondamentales.
Pour en revenir aux artistes, comme vous avez pu le constater, nous sommes bien implantés dans le petit monde des artistes indépendants. Nous allons même assurer la promo de Zetoun pour la sortie de son album « Ladies Act D’Anna » dont les bénéfices iront directement à Act-Up.
D’autres promos de ce type suivront, car être contre Hadopi, Loppsi et autres ne veut pas dire que nous sommes contre les artistes, bien au contraire, mais contre un système qui prend les gens pour des abrutis en justifiant l’approbation de lois par des mensonges.
___________________________________________________________________________________

JdP : Selon les infos dont on dispose, l’Hadopi aurait déjà envoyé 100 000 demandes de vérification d’adresses IP. Ils ont atteint leur but, selon vous ?

Doc Mac : Comme toujours, avec ce gouvernement, ce sont des effets d’annonce, rien ne peut arrêter le téléchargement. Et la méthode employée, qui consiste à financer un organisme privé par nos impôts (la Hadopi, qui n’est rien d’autre qu’une milice privée), est loin d’être la solution.
L’idéal serait certainement une forme de « Licence globale » à définir. Mais ceci ne pourra fonctionner qu’avec une remise à plat des droits d’auteurs et la création d’un nouvel organisme regroupant les artistes « labellisés » et les artistes « indépendants ».

La Sacem a fait son temps, et cette structure, qui est à la botte de l’industrie du disque et dont les patrons se versent des salaires « de princes du désert », au détriment des artistes, ne méritent que de pointer au chômage. Là encore, on voit la collusion entre politique et sphère privée.
Les gouvernements qui ont créé la « Taxe sur la copie privée » ne servent que les intérêts de la Sacem au détriment des artistes indépendants. De plus, cette taxe est très lourde !
Frein aux investissements des particuliers comme des entreprises, il s’agit d’un impôt déguisé, inventé pour favoriser une entreprise privée, la Sacem. Là aussi, nous demandons la disparition définitive de cette taxe.

Quant aux buts atteints ? Certainement pas !

Les personnes qui téléchargent le plus passent par d’autres solutions que le P2P. D’autre part, de nouvelles technologies émergent tous les jours pour contrer Hadopi. Il est illusoire de penser qu’Hadopi ou une autre loi de ce type, même plus sévère, réglera le problème.

___________________________________________________________________________________


JdP : N’est-ce pas un combat perdu d’avance ?


Doc Mac :
Toute personne digne de ce nom se doit de porter haut et fort ses idées, et à l’évidence nous ne sommes pas seuls, fort heureusement, à penser de cette façon.

___________________________________________________________________________________

JdP : Il ne suffit pas de manifester aujourd’hui pour se faire entendre !

Doc Mac : Ce n’est pas faux, loin de là. Aujourd’hui, pour convaincre, il faut être structuré en société, en lobby, ou en parti politique.
Manifestation sur le Web, oui, mais en faisant régulièrement des appels au boycott de certaines choses de façon à toucher les industriels et le pouvoir là où ça fait mal, autrement dit, au porte-monnaie.
Acheter par exemple des produits numériques hors de France, refuser de souscrire à la VOD ou d’acheter des films sur iTunes, trop chers et bourrés de DRM, donc inutilisables en dehors de leur champ d’application stricte. Voilà autant de petits gestes individuels qui peuvent finir par avoir un effet.

Les « manifestations » sont avant tout là pour permettre une visibilité supplémentaire.

___________________________________________________________________________________

JdP : Pensez-vous pouvoir rassembler assez de personnes pour vous faire entendre ?

Doc Mac : Bien que nous venions de sites bien connus qui s’étaient donné la même mission que celle que nous nous sommes fixée, nous sommes encore jeunes, et il faudra un peu de temps pour être réellement audibles. Mais nous sommes sur la bonne voie.

___________________________________________________________________________________

JdP : Les Anonymous n’hésitent pas, par exemple, à attaquer les sites des ayants droit.
Leurs actions vous semblent-elles justifiées ?

Doc Mac : Toute démarche visant à dénoncer le problème est bonne, et nous soutenons ces actions tant que ça reste dans un cadre légal. Hors de question pour nous de pirater des sites officiels, même s’il serait facile de le faire, car ce serait donner du grain à moudre à nos adversaires et discréditerait notre cause.

___________________________________________________________________________________

JdP : Est-ce le meilleur moyen, selon vous, pour se faire entendre et défendre la liberté des internautes ?

Doc Mac : Pour le moment, certainement, car la défense des internautes est un sujet complexe, du fait que ça cible chaque « individu », et donc chaque petit « moi » devant son ordinateur est assez difficile à convaincre.
Il faut donc réussir à fédérer pour contrer. Je pense que peu à peu les choses évolueront. Cette histoire d’Hadopi rassemble contre elle toutes les générations, et peu de sujets de société fédèrent une telle adhésion. Mais demain, d’autres procédés devront être mis en route, comme par exemple s’organiser pour attaquer le gouvernement français via des instances européennes sur les sujets liberticides.
Ça demande une sacrée organisation et de gros budgets, ce qui veut dire que si nous voulons gagner, il faudra rassembler plusieurs entités au sein d’une association globale.
De nos jours, il ne suffit plus de voter pour avoir une chance de voir évoluer les choses. Les collusions entre les groupes d’intérêts privés et politiques font que nous sommes dans une forme de dictature qui ne dit pas son nom. Et que ce soit l’UMP ou le PS, une fois qu’ils tiennent les rênes, ils imposent sans nous consulter toutes sortes de lois qui ont une influence réelle sur notre devenir.

Il nous faut donc être de plus en plus vigilants et actifs pour faire un maximum de bruit contre toutes ces magouilles.

___________________________________________________________________________________

JdP : Nicolas Sarkozy réfléchirait à une loi Hadopi 3 ?

Doc Mac : C’est plus qu’une réflexion.
Pour l’heure, peu de choses filtrent sur le sujet et le temps joue contre ce gouvernement. Les élections approchent…
Nous sommes habitués aux délires présidentiels, nous sommes bien entendu en alerte sur ce sujet, de même que nous regardons de près ce qui risque de se passer si le PS arrive au pouvoir. Il ne faut pas compter sur lui pour abroger Hadopi, et si Hadopi 3 est en projet à l’UMP, le PS nous le présentera sous un autre nom, histoire de faire oublier Hadopi au grand public tout en conservant le principe d’un Hadopi 3.

___________________________________________________________________________________

JdP : Constat d’échec ou manœuvre électorale ?

Doc Mac : Les deux, mon général !
Pour la petite histoire, je me souviens d’avoir été en rendez-vous avec un artiste dans une major au moment du vote de la loi Hadopi.
Un artiste très en vogue était là. Il se met à réciter les sornettes habituelles pro-Hadopi face à une caméra. Comme on se connaît un peu, je vais le voir juste après en lui demandant s’il n’avait pas pété un plomb. Il me répond que c’est la maison de disque qui lui a demandé de dire ça et que comme il tient à son job, hein…
Côté grand public, Hadopi 2, 3, 4, 5 ou 12, n’aura jamais aucun effet : ce type de loi est digne d’un gouvernement du XIXe siècle et ne propose aucune vision d’avenir. Les pirates auront toujours dix tours d’avance, certains grands pays le savent bien pour s’être fait pirater leurs sites alors qu’ils pensaient avoir la meilleure protection du monde.
Mettre une alarme dans une maison n’a jamais empêché les cambriolages. Ce que demandent la plupart des internautes, ce n’est pas la possibilité de voler, mais la liberté. Et liberté ne veut pas dire gratuité à 100%.

C’est aux artistes de décider s’ils veulent donner leurs produits ou pas, et dans le cadre d’une mondialisation avec des millions de produits disponibles, un marketing effréné qui suscite l’envie auprès d’une population désargentée, il ne faut pas imaginer continuer à vendre des produits culturels comme avant. Hadopi est avant tout un système mis en place pour que la population soit sous contrôle, et favoriser une « justice » privée ; en aucun cas cette loi ne protège les auteurs.

Il nous faudra lutter jusqu’à ce que toutes ces lois disparaissent au profit d’un système juste, avec une réelle répartition des droits d’auteurs pour tous les artistes, qu’ils soient indépendants ou pas.


Source : Journal Du Pirate

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Notifiez-moi des commentaires à venir via e-mail. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.