Face au ralentissement de l’économie, les grandes PME / ETI collaborent plus intelligemment

0
13
Quatre points de réflexion pour pérenniser l’activité et la productivité des collaborateurs grâce à la technologie, aux outils et aux processus.
 
Tribune par Bertrand Pinchon, Directeur avant-ventes, France, Italie, Iberia, OpenText – Qu’il s’agisse de ressources humaines, financières ou de temps, les PME et Entreprises de Taille Intermédiaire (ETI) se sentent parfois démunies face à la potentielle récession économique. Une étude récente du Gartner révèle que 75 % des DSI de ces entreprises estiment qu’ils connaitront des réductions budgétaires. Le mantra des temps modernes « faire plus avec moins » s’impose ; mais comment demander aux collaborateurs plus de productivité tout en annonçant des coupes budgétaires ? Mieux vaut alors se pencher sur le Digital Workspace en regardant de plus près les solutions qui peuvent soutenir l’activité de l’entreprise. Se poser les questions telles que : où peut-on gagner en efficacité ? Comment éviter les goulets d’étranglement ? Quels processus freinent l’activité ? devient un passage obligé.
 
Certaines solutions peuvent aider les collaborateurs de ces grandes PME et ETI à travailler plus intelligemment et rapidement afin de contrecarrer les effets de la récession.
 
Quatre axes de réflexion et de développement pour faire face aux aléas
 
1. Une technologie à l’épreuve du temps
 
Face à un avenir incertain, évaluer l’adaptabilité ou la modularité du Digital Workspace peut être utile car il est essentiel d’adopter des technologies plus simples et plus rapides à configurer et à utiliser pour maitriser son budget tout en améliorant la productivité. Pour les entreprises dotées d’environnements sur site ou hybrides, l’épreuve du temps passe par une migration, partielle ou totale, de leur applicatif vers le cloud ou l’adhésion à des solutions Software-as-a-Service (SaaS), en commençant par les outils collaboratifs. Selon une enquête de 451 Research, 73 % des personnes travaillant dans l’informatique sont plutôt d’accords (46 %) ou tout à fait d’accords (27 %) pour dire que le SaaS est le modèle de prédilection pour les applications de dernières générations.
 
Une transformation digitale passant par la modernisation de l’applicatif est nécessaire pour améliorer les performances. Il est vrai que toutes les organisations ne sont pas prêtes à opérer une transition vers le cloud, pourtant il y a des avantages réels à adopter une approche hybride en utilisant des applications dans le cloud pour des usages spécifiques. Dans le cas de la gestion de contenu, il ne s’agit pas seulement de déplacer du contenu vers le cloud, mais de l’intégrer de façon à ce qu’il soit visible aux moments clés des processus; le contenu devient totalement accessible et plus pertinent.
 
2. La réduction des frictions numériques
 
La plupart du temps, le contenu est dispersé dans plusieurs systèmes, la preuve en est : 47 % des personnes travaillant dans le digital ont du mal à trouver les informations ou les data nécessaires à l’accomplissement de leur travail. Il est donc utile de réduire les zones de friction en identifiant les étapes qui demandent trop de temps ou d’efforts des collaborateurs et investir dans des outils favorisant une meilleure efficacité. Étant le principal espace d’échange pour de plus en plus de collaborateurs, les entreprises ont intérêt à tenir compte de l’impact des outils du Workspace sur les conditions de travail. Lorsqu’ils sont bien conçus et sécurisés et qu’ils favorisent le travail à distance ou hybride, les outils collaboratifs peuvent renforcer la fidélité et l’engagement. En allant à la rencontre des équipes et en cherchant à comprendre comment elles interagissent, notamment avec les applications dont elles dépendent le plus, les grandes PME et ETI peuvent rendre l’expérience des collaborateurs plus fluide en éliminant par exemple, des étapes inutiles entre applications. En plus d’améliorer l’usage d’applications existantes, les entreprises obtiennent de nouvelles informations en connectant le contenu aux workflows et obtiennent des enseignements précieux.
 
3. L’amélioration des ventes et des services
 
Lorsque la récession menace, mieux vaut maintenir le cap sur les ventes et la qualité de service. Hélas de nombreuses équipes sont encore confrontées à des processus laborieux, à un volume d’informations ingérables et à des flux d’informations incomplètes, ce qui nuit aux ventes et à l’expérience client. Selon Salesforce, 72 % du temps d’un commercial est dédié à des tâches administratives qui n’ont rien à voir avec la vente dont 8 % dédiés à la saisie d’informations sur les clients et les ventes. En bâtissant un système de gestion de contenu sur le cloud, les grandes PME et ETI peuvent gérer leurs contenus, alléger la charge de travail et améliorer les processus de vente et de service. A travers le téléchargement, le tri et l’archivage automatisés de divers documents, les informations sont assurément mises à disposition des personnes et des processus visés, offrant ainsi une vue à 360° du client dans le but de réduire les délais et améliorer l’expérience client.
 
4. Les promesses de l’IA pour contrer la récession
 
Exploitée à bon escient, l’IA peut stimuler à la fois la croissance et l’innovation car elle apporte rapidité et efficacité tout en transformant aussi bien les ventes, la R&D, la finance que le marketing des entreprises. L’IA permet, entre autres, aux collaborateurs de se consacrer à des tâches stratégiques. Transformée grâce à l’IA, la gestion de contenu des organisations améliore les interactions. Par exemple, en intégrant l’IA à des plateformes de contenu, les entreprises améliorent la recherche en ligne ou l’expérience conversationnelle qui permettent de trouver rapidement un contenu, de bénéficier de recommandations associées ou de créer plus facilement de nouvelles bases des connaissances. Armées d’informations reposant sur les données générées par l’IA, les grandes PME et ETI peuvent réagir plus intelligemment et particulièrement dans un contexte de ralentissement économique.