Face à l’essor de l’IA, le cloud sera soumis à rude épreuve en 2024 !

0
22

La transformation digitale que les entreprises opère à un rythme éffréné entraine une plus grande complexité des infrastructures IT.

Tribune de Mark Coates, Vice-President EMEA chez Gigamon – Le cloud computing en est le témoin depuis de nombreuses années, avec des effectifs en hausse, des mesures de sécurité renforcées et des environnements de cloud hybride contribuant à des réseaux de plus en plus complexes.

Et à l’heure où l’intégration de l’IA ne fait qu’exacerber le phénomène, plusieurs défis majeurs se présenteront aux entreprises dès 2024

IA & Cloud en 2024 : des coûts supplémentaires et une sécurité remise en cause

Le premier défi concerne l’impact de l’adoption de l’IA. Les entreprises, confrontées à des workloads plus importantes et des environnements plus complexes se tournent en effet – et de plus en plus – vers cette technologie, perçue comme un catalyseur de performance  opérationnelle. Or, sans une augmentation des investissements dans les outils de surveillance, il existe un risque de surcharge de l’infrastructure, impactant la fiabilité et la rapidité des services. La montée en flèche des coûts du cloud, liée à la nécessité de disposer d’environnements évolutifs, aux dépenses énergétiques et aux licences, est ainsi une véritable contrainte pour les entreprises qui adoptent rapidement l’IA. Et cette contrainte ne fera que s’accentuer en 2024.

Un autre défi réside dans les risques de sécurité posés par ces environnements complexes. Le maintien de la sécurité et des communications réseau nécessitent en effet une bonne compréhension du trafic. Or, certaines applications d’IA introduisent des risques supplémentaires, tels qu’un code non sécurisé par le biais de l’IA pour DevOps. Relever ces défis implique ainsi d’investir dans des outils réseau, ce qui pèse sur l’ensemble des ressources. Au cours de l’année à venir, les fournisseurs de cloud seront donc confrontés à une pression croissante pour améliorer les fonctionnalités  de sécurité et de gestion du réseau, tout en aidant les entreprises à rationaliser le trafic, à réduire le rapport signal/bruit et à minimiser les faux positifs.

Face, donc, à l’évolution de cette infrastructure IT, la priorité des entreprises concernées devra être clairement définie : sécurité, sécurité, sécurité !

Prioriser la sécurité grâce l’approche Zéro Trust

Sécurité et conformité joueront un rôle central dans le cloud en 2024. En effet, l’émergence de technologies cloud-natives telles que les conteneurs et l’orchestration des conteneurs ne fera que croître en 2024, avec, comme perspective possible, une adoption généralisée. De même, la généralisation de l’informatique sans serveur augmentera en raison de son évolutivité et de sa rentabilité.

Or, avec l’adoption de ces technologies, les possibilités d’attaque pour les cybercriminels se verra élargie, en même temps qu’elles compliqueront la visibilité sur le réseau. Le trafic crypté – utilisé pour préserver la confidentialité des données en cas de violation – ne fait d’ailleurs qu’exacerber le problème. La conteneurisation s’ajoute également aux défis liés à la capture du trafic crypté, de sorte que sans contrôles minutieux, la probabilité que des logiciels malveillants sévissent augmente de manière drastique. L’amélioration de la visibilité dans les infrastructures de cloud hybride sera donc un défi majeur en 2024, un défi que les fournisseurs du cloud computing devront relever pour rester compétitifs.

Heureusement, l’approche Zero Trust est devenue plus courante dans les entreprises. Un rapport Okta de 2023 révèle que cette adoption gagne du terrain : à l’échelle mondiale, 61 % des entreprises  disent avoir implémenté une approche de sécurité Zero Trust, quand 35 % prévoient de le faire dans les 18 prochains mois. Ce faisant, la convergence des équipes de sécurité et celles du réseau sera une caractéristique déterminante de 2024, à l’heure où les entreprises doivent toujours gérer des effectifs à distance, des environnements cloud en évolution et une intégration de l’IA qui s’intensifie à vue d’œil.

L’AIOps sera sous le feu des projecteurs

Pour finir, l’AIOps, l’application de l’IA aux opérations et à l’infrastructure informatiques, connaîtra une croissance significative en 2024. L’amélioration de l’efficacité et de la résilience qu’elle offre se traduira par une expérience utilisateur bien supérieure. Une capacité synonyme d’un avantage comparatif certain pour toute entreprise qui s’en empare. Cependant, une fois de plus, cette montée en puissance de l’AIOps aura également un impact sur les stratégies de sécurité. L’adoption de l’automatisation et de l’AIOps dans la sécurité du réseau et du cloud rendra possible des opérations transparentes, permettant aux équipes informatiques et de sécurité d’être plus proactives dans leurs approches.

À chaque opportunité, une nouvelle menace ! En 2024, il sera donc essentiel pour le cloud computing de trouver un équilibre entre les avantages permis par l’IA et son utilisation malveillante potentielle par les cybercriminels.

Le défi pour le secteur IT et sécurité sera de tirer parti de ces technologies pour sécuriser et rendre opérationnels des modèles de défense au sein de chaque environnement, tout en restant vigilant face aux moyens uniques et créatifs par lesquels les acteurs malveillants peuvent exploiter, percer ces défenses avec des ressources moindres, et en temps réel.