Comment la mafia blanchit-elle l’argent issu de ses business ?

0
78

En dehors de la violence, s’il existe un élément qui fait la force de la mafia, c’est bien évidemment la quantité d’argent qu’elle produit. Il semblerait en effet que ce réseau mondial génère par an plus de 1000 milliards de dollars. Dépenser cet argent s’avère difficile, car il est généralement liquide. Pour s’en servir alors sans attirer l’attention, les mafieux optent pour le blanchiment d’argent. C’est un processus qui consiste à faire croire que l’argent possède une source légale alors qu’elle est d’origine criminelle. Voici en détail comment il s’effectue.

Les étapes du blanchiment d’argent

Selon ce que rapportent Frederique Duval et la mafia actualités, c’est la mafia italienne des États-Unis qui a fait naître le mécanisme du blanchiment d’argent. Cette technique dont le principe a pour but de masquer la provenance de revenus acquis illégalement se déroule en trois étapes.

La première est qualifiée de phase de placement. Elle consiste à faire intégrer dans le système financier, c’est-à-dire dans les banques l’argent sale. Pour ne pas éveiller les soupçons, les mafieux effectuent le schtroumpfage. Les fonds peuvent par exemple être déposés dans le compte d’une société ou versés par fractions dans divers comptes.

Malgré ces pratiques, il est possible pour un expert d’identifier la vraie source de l’argent. C’est à ce moment que la deuxième phase dénommée l’empilage entre en jeu. Son objectif est de brouiller toutes les pistes afin que personne ne soit capable de tracer les sous.

Ces derniers seront alors utilisés dans de nombreuses et complexes opérations financières. Après cela, l’argent sera uniquement employé dans des transactions licites faisant ainsi croire qu’il est depuis la base d’origine légale. Il s’agit de la dernière étape appelée intégration.  

Blanchiment d’argent par la mafia : Les alternatives les plus courantes

Il existe différents domaines dans lesquels introduire des fonds issus d’affaires criminelles. Dans la mafia, ce sont trois secteurs qui semblent les plus privilégiés. Il y a d’abord les casinos. Dans ces espaces de jeu, le criminel échange ses jetons contre l’argent à rendre propre.

Après avoir gagné des jetons au jeu, il troque ces derniers contre des fonds légaux. Ce qui fait d’ailleurs des casinos des lieux assez prisés par les mafieux pour blanchir l’argent de leurs affaires, c’est qu’un bon de versement leur est délivré. Cela permet de justifier l’origine des fonds qu’ils possèdent sur eux à la sortie du casino.

Ensuite, l’argent de la mafia peut être aussi blanchi grâce aux paradis fiscaux. Ce sont des pays dans lesquels les contrôles financiers laissent à désirer. De plus, le secret bancaire règne en maître sur ces territoires.

Outre cette alternative, il est également courant de voir la mafia blanchir ses fonds par le biais du commerce. L’argent sale est en effet mélangé à celui de l’activité et des ajustements sont effectués au niveau de la comptabilité afin de brouiller les pistes.

 

Note : article publi-rédactionnel