1 recruteur français sur 4 dit avoir peur de l’IA au travail

0
17

La France intègre abondamment l’IA dans ses process RH et son organisation du travail, mais elle s’en méfie particulièrement (et plus qu’ailleurs) .

  • L’Inde est le pays le plus enthousiaste à l’égard de l’IA au travail : 98% des recruteurs et 91% des candidats l’utilisent
  • Le Japon est le pays le plus en retrait : 35% des recruteurs disent ne jamais y recourir
  • La France s’en empare, mais reste le pays le plus méfiant : 85 % des recruteurs et 62% des candidats l’utilisent, mais respectivement 25% et 30% la redoutent

Tribune Indeed –En septembre dernier, la France s’est officiellement dotée d’un comité de l’intelligence artificielle générative. Lancé par la Première ministre Elisabeth Borne, cet organisme  a pour objectif de présenter des propositions concrètes d’ici à six mois afin d’adapter la stratégie du gouvernement français au sujet de l’intelligence artificielle. Cette création fait état du rôle de plus en plus central qu’occupe cette technologie dans le quotidien des Français… mais également dans celui de la population mondiale.

Mais à quel point est-elle considérée par les recruteurs et chercheurs d’emploi en fonction des pays ? Quels pays l’adoubent ? Quels pays la méconnaissent ? Quels pays la redoutent ?

Après avoir lancé son IA générative chargée des descriptions de poste, Indeed, première plateforme de recrutement et de matching au monde, a tenté de répondre à ces questions au moyen d’une étude menée en partenariat avec CensusWide entre août et septembre 2023, auprès de recruteurs et candidats basés en France, au Royaume-Uni, en Inde, aux États-Unis, au Japon, en Allemagne et au Canada.

Les plus enthousiastes : les Indiens

Les recruteurs et candidats interrogées en Inde sont de loin les plus enthousiastes à l’égard de l’IA et de son recours dans l’espace de travail : en effet, pas moins de 98% des responsables RH et 91% des chercheurs d’emploi déclarent qu’ils utilisent actuellement des outils d’IA dans le cadre de leur emploi.

  • Des taux nettement supérieurs à ceux observés aux Etats-Unis (respectivement 92% et 70%), au Royaume-Uni (88% et 61%) et en France (85% et 68%).

Les recruteurs indiens sont notamment friands d’IA en vue de remplir des fonctions RH (55%), créer un chatbot de service à la clientèle (45%), générer des questions d’entretien (44%), ou encore pour résumer ou analyser des CV et des demandes d’emploi (43%). S’agissant des candidats, c’est principalement pour la préparation des questions d’entretien (44%) et la correspondance avec les recruteurs (44%) que l’IA est particulièrement sollicitée.

Cet enthousiasme s’explique par une confiance enracinée envers cette technologie, perçue comme porteuse d’espoir :

  • Dans l’ensemble, les responsables RH sont enthousiastes (69%), voire optimistes (54%) sur le rôle que jouera l’IA au cours des 5 prochaines années sur le lieu de travail.
  • Près de 4 candidats indiens sur 5 (78%) considèrent que les outils d’IA réduiront la redondance ou les tâches fastidieuses.
  • 83% des candidats considèrent que l’IA leur permettra de trouver un meilleur emploi ou de grandir dans leur poste. A titre de comparaison, seuls 49% des candidats français pensent de même !

Les plus en retrait : les Japonais

Sans pour autant exprimer une méfiance particulière, les Japonais (recruteurs comme candidats) s’avèrent être les plus indéterminés vis-à-vis de l’adoption de l’IA dans leurs process : en effet, près d’un tiers (35%) des professionnels des RH et plus de la moitié (53%) des chercheurs d’emploi au Japon déclarent qu’ils n’utilisent pas du tout les outils d’IA dans le cadre de leur travail.

Et pour cause : selon une récente étude de la Goldman Sachs, le Japon affiche un retard technologique en matière d’IA par rapport aux Etats-Unis et à l’Europe. Un retard qui peut être attribué en partie à des lacunes comparatives dans le domaine du deep learning, lequel nécessite une armada d’ingénieurs logiciels que le Japon peine à faire émerger ces temps-ci.

Ceci explique que les répondants japonais semblent avoir du mal à se projeter dans un monde du travail emprunt d’IA, soulignant avec moins d’assertivité qu’ailleurs les espoirs et les craintes que cette technologie pourrait susciter.

  • Par exemple, seuls 41% des responsables RH japonais se disent enthousiastes quant à l’impact de l’IA sur l’emploi d’ici les 5 prochaines années ; mais il ne sont, à front renversé, que 12% à s’avouer craintifs.
  • Dans la même logique, on constate que les chercheurs d’emploi japonais s’imaginent beaucoup moins recourir à l’IA dans le cadre de leurs démarches, preuve que cette technologie n’est pas autant ancrée dans les mœurs qu’ailleurs. Ainsi, seuls 18% des candidats sont prêts à l’utiliser pour préparer les questions et les points à aborder lors des entretiens, contre 38% en Inde, 34% aux Etats-Unis, ou encore 23% en France.

Les plus méfiants : les Français

L’exemple de la France montre que candidats et recruteurs peuvent être à la fois friands d’IA en pratique, mais également très craintifs à son endroit. Les répondants français sont en effet nombreux à utiliser des outils d’IA dans un processus de recrutement / candidature : c’est le cas de 85% des responsables RH et de 62% des chercheurs d’emploi.

Par contre, de tous les pays étudiés, les Français sont les plus craintifs à l’égard de cette technologie sur le lieu de travail : 30% des chercheurs d’emploi et 25% des professionnels des RH déclarent avoir peur de cette technologie, contre respectivement 12% 18% et au Japon, 18% et 29% au Royaume-Uni ou 16% et 25% aux Etats-Unis.

Des chiffres largement alimentés par les angoisses suivantes, particulièrement présentes chez les répondants français :

  • Près de la moitié (47 %) des responsables RH interrogés et 44% des candidats craignent que l’IA ne remplace le jugement et l’intuition humains dans le processus de recrutement
  • 34% des recruteurs et 39 % des candidats craignent le fait que le recours à des systèmes d’IA ne remplace les emplois
  • 39% des recruteurs se disent préoccupés par les nouveaux biais que pourrait créer l’IA dans un processus de recrutement.

***

En somme, la perception des recruteurs et chercheurs d’emploi du recours à l’IA au travail dépend du niveau d’intégration de cette innovation dans le quotidien des répondants, tant d’un point de vue technique que culturel. Alors que l’Inde et les Etats-Unis semblent prêts à l’embrasser sans grandes réticences, le Japon est en train de payer son retard technologique, quand la France, demandeuse d’IA à première vue, se heurte à l’esprit critique de ses utilisateurs.

Lever les doutes vis-à-vis de l’IA au travail nécessite donc la transparence des entreprises sur le rôle complémentaire aux compétences humaines qu’il doit jouer, ainsi que la mise en place de normes éthiques robustes, visant à garantir la protection des données et encourager un dialogue ouvert, pour une intégration harmonieuse de l’IA dans le milieu professionnel.

 

Méthodologie

L’étude Indeed – CensusWide a été menée auprès de sept pays (France, Allemagne, Royaume-Uni, Etats-Unis, Canada, Inde, Japon) auprès de 500 recruteurs et 500 chercheurs d’emploi pour chaque, par un questionnaire auto-administré entre les mois d’août et septembre 2023.