Publié par UnderNews Actu - Télécharger l'application Android

Le cybercriminel russe Georgiy Avanesov était à la tête d’un réseau d’ordinateurs zombies regroupant plus de 30 millions de machines. Arrêté fin 2010, il vient d’être condamné à passer 4 ans derrière les barreaux.

Le cerveau derrière le botnet Bredolab va passer du temps à l’ombre. Georgiy Avanesov avait été arrêté en Arménie en 2010, à l’aéroport de Yerevan. Il vient d’être jugé et condamné dans ce pays, pour ses activités criminelles en ligne.

Il contrôlait en effet un réseau comptant près de 30 millions d’ordinateurs infectés, aujourd’hui démantelé. Le botnet Bredolab était entré en fonctions en 2009, et son malware se propageait de différentes manières : par attaques automatisées, par phishing, etc.

3 milliards de spams quotidiens

CyberGhost VPN Promo

A son apogée, il envoyait plus de trois milliards de spams par jour. Georgiy Avanesov le louait également à d’autres cybercriminels, qui l’utilisaient pour s’en prendre à des sites Internet, faire la publicité de faux antivirus, et surtout, propager leurs propres spams et virus. Ceci permettait à son créateur, alors âgé de 27 ans, de gagner près de 100 000 euros par mois.

Suite a son procès, il a été condamné à purger 4 ans de prison, pour “sabotage informatique“. Cette décision est une première en Arménie, le pays n’avait en effet encore jamais condamné de cybercriminel.

 

Source : L’Informaticien

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Twitter Facebook Google Plus Linkedin Pinterest email
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore noté)
Loading...

Mots clés : , , , , , , ,


Vos réactions
  1. face7

    puissant ce mec mais un salopard quand meme jespere qu il ce fera d efonce les fesse en prison pour les vole de cb de pauvre gens

Ils parlent du sujet :

  1. […] mécanismes de ce malware ne sont pas sans rappeler ceux de Bredolab. L’argent volé est transféré sur un compte contrôlé par les individus malintentionnés ou, […]

  2. […] Source Share this:TwitterFacebookJ'aimeJ'aime  article […]

  3. […] on https://www.undernews.fr Partager cet article:J'aimeJ'aime  […]





Notifiez-moi des commentaires à venir via e-mail. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.