Publié par UnderNews Actu - Télécharger l'application Android
HMA Pro VPN

Après Tango et True Caller, voici une nouvelle victime de l’espionnage mené par l’Armée Electronique Syrienne. Il s’agit de l’application Viber qui s’est fait voler ses bases de données à la suite d’une intrusion.

C’est une nouvelle cyberattaque d’envergure qui a été menée avec succès par le groupe désormais connu de pirates informatiques se faisant appeler Syrian Electronic Army (SEA).

En effet, après les applications Tango et TrueCaller piratées il y a 3 jours, c’est au tour de l’application israélienne Viber, un système de VoIP et de messagerie instantanée multiplateforme, de subir les assauts des pros Bachar El Assad. Le site officiel Viber, et plus précisément l’espace dédié au support a été piraté et défacé :

« Cher utilisateurs de Viber, les israéliens de chez Viber vous espionne et vous suivent. Nous n’étions pas en mesure de pirater tous les systèmes Viber, mais la plupart ont été conçus pour l’espionnage et le traçage. » indiquent les attaquants sur l’espace numérique.

Le groupe d’hacktivistes syriens annonce avoir mis la main sur plusieurs bases de données. Pour le SEA, l’attaque est donc clairement motivée par l’espionnage orchestré par l’application Viber…

A noter qu’actuellement, l’espace dédié au support de Viber est été déconnecté et affiche une erreur 403 signifiant que l’accès n’est pas autorisé.

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Twitter Facebook Google Plus Linkedin Pinterest email
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, note : 4,00 sur 5)
Loading...

Mots clés : , , , , , , , ,

Recherches en relation :

  • viber pirater

Vos réactions
  1. edu bekoka coco

    merci au monde des intelectuels

  2. JettaH

    Incroyable! Ils ont du longtemps travailler sur les failles pour pouvoir en arriver là. Je comprends pourquoi il est devenu difficile voire impossible de télécharger l’appli. Bloquée?





Notifiez-moi des commentaires à venir via e-mail. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.