Après SolarWinds, Nobellium lance une nouvelle offensive sur la supply chain

0

Microsoft a récemment publié un rapport inquiétant sur une nouvelle vague de cyberattaques visant des entreprises du secteur informatique. Nobellium, un groupe de Hacker affilié à la Russie à l’origine de l’attaque de Solarwinds serait derrière cette campagne.

Ci-dessous les commentaires de Justin Fier, Directeur Analyse et Cyber Intelligence de Darktrace :

“Le nouveau rapport de Microsoft concernant Nobellium illustre l’ampleur des attaques sur la chaîne logistique quel que soit le secteur d’activité. En effet, les entreprises et les institutions gouvernementales dépendent de plus en plus de systèmes interconnectés à l’échelle mondiale et de fournisseurs tiers pour assurer leurs opérations commerciales. 

Les attaques ciblées sur ces systèmes tirent parti de cette interconnexion pour se propager d’une entreprise à l’autre sans être détectées. La rapidité avec laquelle les cybercriminels innovent rend les cybermenaces avancées, telles que les ransomwares à triple extorsion plus fréquentes, les acteurs malveillants ciblant non seulement leur cible première mais aussi des fournisseurs tiers et des clients. 

Les groupes de pirates, indépendants ou parrainés par des États, ciblant la chaîne d’approvisionnement à l’échelle mondiale dans le secteur de la technologie et de l’informatique, il est plus que jamais essentiel de se protéger contre les menaces à tous les niveaux de la chaîne d’approvisionnement. La capacité à détecter des menaces provenant de partenaires de confiance (notamment par le biais d’e-mails pouvant sembler légitimes) devient déterminante pour les entreprises et les organismes gouvernementaux. “

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Notifiez-moi des commentaires à venir via e-mail. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.