Publié par UnderNews Actu - Télécharger l'application Android

Internet est devenu la principale source d’information pour beaucoup et, à cet égard, la pertinence des médias sociaux ne cesse de croître. S’il a indéniablement de nombreux avantages, certains internautes mal intentionnés ont trouvé des moyens d’en tirer profit, mais malheureusement, l’un des principaux problèmes qui en résulte est la diffusion d’infox. Ce phénomène se répand massivement – et de plus en plus rapidement, menaçant non seulement la confiance des gens dans l’information, mais aussi dans le pire des cas la liberté et la démocratie.

Tribune Mozilla – La désinformation existe depuis longtemps mais est devenue un problème omniprésent au cours des dernières années. D’ailleurs, chacun a d’ores et déjà pu être confronté à ce type d’actualités. En France, selon une étude menée par BVA, 75% des personnes interrogées pensent avoir déjà été confrontées à de fausses informations destinées à les influencer.

Bitdefender

Fort de ce constat, lutter contre la propagation d’infox et les menaces potentielles qu’elles représentent est devenu un enjeu décisif. Néanmoins, il existe des solutions simples que les internautes peuvent facilement mettre en oeuvre afin de les aider à identifier et éviter la désinformation.

1. Détecter les infox en développant son esprit critique

L’une des premières étapes de l’analyse d’un éventuel acte de désinformation consiste à mettre en doute la fiabilité de l’information. Date, auteur, image, légende et adresse URL, sont autant d’éléments à prendre en compte lors de la lecture d’une actualité sur le web. Existe-t-il d’autres articles du même auteur et sont-ils apparus dans des médias crédibles ? Les images de l’article ont-elles l’air vraie ou paraissent-elles avoir été retouchées ? La légende correspond-elle à l’image ? Le titre de l’article fait-il appel à vos émotions, voire est-il carrément sensationnel ou racoleur ? Faites preuve de prudence dans votre analyse et, en cas de doute, consultez d’autres organes d’information pour savoir si les mêmes informations y figurent également. Après tout, 53% des internautes français admettent avoir déjà partagé un article ou une vidéo sans en vérifier sa source et selon un sondage réalisé pour France Infos et Le Figaro en 2019, 30 % des Français admettent avoir déjà relayé des informations inexactes.

Dans les cas où vous avez besoin d’un peu plus de temps pour réfléchir à la véracité et à la crédibilité d’une source, Pocket peut vous être utile. Pocket est un service qui permet aux internautes de sauvegarder des articles afin de pouvoir y revenir plus tard et d’effectuer une analyse approfondie.

2. Protéger sa vie privée en ligne pour éviter la désinformation

Les données en ligne sont une véritable mine d’or pour de nombreuses entreprises. Plus les informations sur un internaute sont nombreuses, plus le profil de l’utilisateur est détaillé… Et ils peuvent être très détaillés ! Selon la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL), les profils peuvent produire une image complète et plus ou moins exacte de la personnalité des utilisateurs et utilisatrices du web, et révéler des informations qu’ils n’ont pas choisi d’exposer. Par exemple, les opinions politiques de l’internaute pourraient être déduites de l’analyse de ses lectures sur des sites d’informations en ligne. Plus un profil est détaillé, plus sa valeur marchande est élevée et de nombreuses entreprises ont bâti toute leur activité sur cette base. Ces entreprises vendent les profils créés et les utilisent pour indiquer à leurs clients les profils qu’elles estiment correspondre à leurs besoins. Si cette pratique est très répandue dans le secteur de la publicité en ligne, elle peut également être utilisée pour les manipuler à un tout autre niveau, par exemple lors d’élections.

La base des profils et, en fin de compte, de la manipulation sur le web est le pistage. La bonne nouvelle : la plupart des navigateurs web actuels peuvent contribuer à empêcher le suivi et éviter ainsi les mauvaises surprises. Le navigateur open source Firefox de Mozilla, par exemple, bloque par défaut tous les cookies tiers, ce qui rend beaucoup plus difficile pour les annonceurs de créer des profils détaillés des utilisateurs. Il permet également d’éviter des méthodes de pistage plus discrètes, telles que les détecteurs d’empreintes numériques. Cette technique utilise les informations stockées sur un appareil individuel (par exemple, les paramètres de l’écran, le système d’exploitation, les polices installées) pour créer un profil unique.

Si vous n’utilisez pas Firefox ou si vous partagez un ordinateur, une tablette ou un smartphone avec d’autres personnes, vous pouvez également essayer le mode privé (Firefox) / Incognito (Chrome) / InPrivate (Edge). Ce mode garantit que votre historique de navigation, vos mots de passe ou les cookies enregistrés pendant une session de navigation sont automatiquement supprimés de votre ordinateur dès que vous fermez votre navigateur.

Attention : la navigation en privé par l’un des moyens mentionnés ci-dessus ne fera pas disparaître complètement la publicité, mais celles qui apparaîtront seront moins adaptées à vos besoins. Si vous souhaitez éviter les pop-ups ainsi que d’autres désagréments, vous pouvez installer un adblocker dans votre navigateur pour désactiver les publicités en général. De nombreux produits gratuits sont disponibles sous forme de modules complémentaires et vous pouvez facilement les trouver en effectuant une recherche ou en consultant la page de téléchargement des modules complémentaires de votre navigateur.

3. Faire aussi le tri sur les réseaux sociaux

Plusieurs solutions techniques peuvent également vous permettre de renforcer votre sécurité sur les réseaux sociaux, terrain particulièrement propice à la propagation des infox. Selon 82% des Français interrogés par BVA, les réseaux sociaux sont en effet le principal vecteur de diffusion de la désinformation. Et, si certains acteurs communiquent sur leur capacité à s’auto-réguler en matière de diffusion de ces fausses informations, les Français estiment dans cette même étude, quant à eux, que les plateformes devraient être contraintes à développer de bonnes pratiques.

Certains outils, à l’instar de Facebook Container, peuvent être employés par les internautes afin d’éviter d’être pris au piège d’infox. Cette extension de navigateur isole l’identité des utilisateurs de Facebook et Instagram dans un onglet séparé, ce qui rend plus difficile pour le réseau social de suivre leurs activités et leur comportement sur le web grâce aux cookies tiers. Et garantit aux utilisateurs un meilleur contrôle de leur activité sur le web.

Si les mêmes recommandations que pour les sites d’information s’appliquent, il est en outre conseillé d’examiner les commentaires figurant sous un article provenant d’un réseau social ainsi que de vérifier la nature des comptes ayant partagé l’article en question avec leur communauté. Ces comptes sont-ils adeptes des contenus sensationnels ou dénigrent-ils régulièrement les médias établis et autres acteurs dignes de confiance ? Répandent-ils des propos haineux ? Sur les réseaux sociaux, traitez ces comptes avec prudence et assurez-vous de vérifier leurs messages et leurs liens avant de les partager avec autrui.
Et cela s’applique également aux contenus que vous recevez d’autres personnes (famille et amis inclus !), qu’ils soient diffusés publiquement sur un réseau social ou via une application de messagerie. Après tout, l’erreur est humaine, et vos proches n’ont peut-être pas remarqué qu’ils relayaient des informations erronées. Dans le cas où vous décelez un élément suspect dans une information qu’ils vous ont partagé, n’hésitez pas à les en informer afin de mettre un terme à sa diffusion et  les sensibiliser aux problèmes liés à la désinformation.

Chacun et chacune d’entre nous peut prendre des mesures pour se protéger et protéger les autres de la désinformation et limiter sa circulation en adoptant les bonnes habitudes quotidiennes. Vous avez des conseils, des astuces et des recommandations supplémentaires qui peuvent être utiles ? Partagez-les avec nous, nous sommes impatients d’en savoir plus et nous aidons tous les internautes à rester en sécurité et en confiance en ligne !

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Twitter Facebook Google Plus Linkedin Pinterest email
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore noté)
Loading...

Mots clés : , , , , , ,


Vos réactions




Notifiez-moi des commentaires à venir via e-mail. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.