Publié par UnderNews Actu - Télécharger l'application Android

Le Bitcoin a toujours mauvaise réputation, pour bien des causes. Ces derniers jours, le cours de la crypto-monnaie a brusquement bondi après une forte augmentation de la demande en Chine. Or, il s’agit de la « zone grise » car le Bitcoin est interdit en RPC. Explications sur la situation.

Même si le cours du Bitcoin est encore bien loin des niveaux records de 2013 (jusqu’à 1100 dollars l’unité), il est indéniable qu’un rebond a eu lieu, le Bitcoin ayant évolué à la hausse pour atteindre les 700 dollars. Rappelons que la crypto-monnaie est toujours largement connotée du fait de son utilisation massive dans le milieu du cybercrime. D’ailleurs, ce sont plusieurs scandales judiciaires qui lui on valu le crash de 2015, où cours duquel le Bitcoin avait touché le fond à 150 dollars…

Bitdefender

Depuis, le cours du Bitcoin était relativement stable. Mais depuis quelques jours, il est fortement reparti à la hausse comme le montre ce graphe fourni par Cryptocompare :

bitcoin-cours

Cette hausse a été analysée et il se trouve qu’elle est portée par une forte demande venue de Chine. Il se trouve qu’il y a plusieurs cause à ce phénomène :

  • l’instabilité du cours du Yuan et la dévaluation poussant les chinois à investir dans le Bitcoin (mais le BTC est interdit en Chine)
  • la « zone grise » s’agrandit, signifiant que les cybercriminels chinois touchent le jackpot (ransomwares notamment)
  • raréfaction programmée de cette monnaie virtuelle (15,5 millions de Bitcoin sont maintenant en circulation dans le monde sur les 21 millions qui pourront être produits).

Bref, tout est possible, seul l’avenir nous le dira ! En attendant, restez prudents avec cette monnaie.

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Twitter Facebook Google Plus Linkedin Pinterest email
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (3 votes, note : 3,33 sur 5)
Loading...

Mots clés : , , ,


Vos réactions




Notifiez-moi des commentaires à venir via e-mail. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.