NTRUEncrypt est l’algorithme le plus rapide au monde

0

La semaine dernière, l’Accredited Standards Committee X9 a approuvé l’algorithme de clé publique NTRUEncrypt et en a défini l’utilisation dans le cadre des transactions financières.

Cet algorithme encore méconnu peu pourtant rivaliser avec le très populaire RSA, et est considéré comme le plus rapide de tous.

Inventé dans les années 1990, son système de chiffrement eu au départ besoin de plusieurs modifications pour corriger des problèmes de sécurité et de performance. Et même s’il est très peu utilisé de nos jours, il est officiellement reconnu comme plus rapide que le RSA (qui date des années 1970), par les RSA Labs eux-même.

Une étude réalisée par l’Université de Louvain en Belgique a également démontré que sa vitesse dépassait de cinq fois celle du RSA, et de trois fois celle de l’ECC (elliptic-curve cryptography).

Et du côté de la fiabilité ?

Certes, celle du RSA n’est plus à démontrer. Mais de nombreuses années de recul ont permis de l’étudier. Un tel laps de temps n’est pas encore disponible pour le NTRU qui fait figure de petit jeune face à son prédécesseur. Mais ses concepteurs estiment qu’il pourra se révéler plus résistant aux attaques informatiques, grâce à son framework de type « lattice » qui serait un champion de résistance face aux ordinateurs quantiques. Des machines qui pourraient en revanche, lorsque convenable construites (si tant est qu’on puisse les construire), venir à bout du RSA et de l’ECC. 

Reste à savoir si NTRU saura attirer l’attention des industriels de l’IT. Il est prévu que l’algorithme soit disponible en version open-source cet été, ce qui pourrait booster son adoption.

 

Source : L’Informaticien

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Notifiez-moi des commentaires à venir via e-mail. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.