WikiLeaks : C’est reparti de plus belle !

2

On entendait plus beaucoup parler de WikiLeaks depuis un moment et le revoilà avec tout un tas de documents compromettants.

Il avait dû suspendre ses publications en octobre faute de trésorerie. Après un mois sans buzz, la source au scandale est réouverte et cette fois ce sont des documents qui ont été publiés jeudi concernant l’espionnage par des gouvernements de leurs propres citoyens grâce aux technologies fournies par des industriels spécialisés dans la surveillance.

Lors d’une conférence de presse, Julian Assange a lancé la publication de centaines de documents provenant de 160 industriels de 25 pays spécialisés dans la surveillance et l’interception des télécommunications. Ils montrent comment ces systèmes permettent à des gouvernements de surveiller les individus à travers leurs téléphones mobiles, comptes de messagerie et les traces laissées sur internet. “Nous publions aujourd’hui plus de 287 dossiers montrant la réalité d’une industrie de surveillance à grande échelle – une industrie qui vend aussi bien ses équipements aux démocraties qu’aux dictatures pour espionner des populations entières“, a déclaré le fondateur de WikiLeaks à Londres.

Selon Julian Assange, l’industrie de la surveillance et de l’interception des communications est passée d’un cercle restreint de clients dans le renseignement, comme les agences de renseignement américaine et britannique, à un réseau mondial. Des experts, qui ont travaillé avec WikiLeaks en vue de la publication des documents, ont appelé à une régulation de ces technologies. « Les gouvernements occidentaux ne peuvent rester inactifs quand ce type de technologie est en vente », a souligné Eric King, de l’ONG Privacy International.

 

Sources : TF1 News, ActuaLeet

2 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Notifiez-moi des commentaires à venir via e-mail. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.