Stockage cloud, on premise, ou les deux ?

0
229

Avec la hausse spectaculaire du volume de données sensibles qu’elles détiennent, les entreprises savent qu’elles seront un jour où l’autre la cible d’acteurs malveillants attirés par ce nouvel or noir. Dans cette optique, il est important de savoir où et comment sont stockées les données, ainsi que la manière dont elles sont sécurisées.

Étude Cohesity – Quand se pose la question du stockage des données, trois choix s’offrent aux RSSI : stockage dans le cloud, on premise, ou bien les deux. De ces trois options, le cloud s’impose ces dernières années, les entreprises n’hésitant pas à multiplier les fournisseurs à qui elles confient leurs informations même les plus critiques.

Et pour cause, selon la dernière étude de Cohesity sur la sécurité des données, en France, les responsables IT estiment que les données stockées sur le cloud et en périphérie sont plus sécurisées que celles sauvegardées sur site. En effet, seul 1 responsable IT sur 5 (19%) considère que les données stockées sur site sont sécurisées, contre plus d’un tiers pour le cloud.

Si les entreprises semblent davantage faire confiance aux solutions cloud, c’est avant tout pour une question de moyens, de flexibilité et de scalabilité. Jean-Baptiste Grandvallet, Directeur Technique EMEA chez Cohesity, explique :

« en interne, de nombreuses petites et moyennes entreprises ont des ressources limitées à allouer à la gestion de l’infrastructure. C’est pourquoi certaines d’entre elles seraient naturellement plus disposées à se tourner vers des fournisseurs de cloud pour se décharger d’une partie des responsabilités et des besoins d’expertise en matière de cybersécurité, et avoir ainsi accès instantanément à un panel d’outils dernière génération plutôt que de réformer en profondeur une infrastructure obsolète dont ils auraient hérités sur site ».

Le stockage on-premise pourrait donc représenter un risque cyber plus important pour les entreprises qui ne seraient pas en mesure d’en assurer une gestion efficace. L’étude de Cohesity révèle par ailleurs que 74 % des responsables informatiques en France pensent que leur organisation ne serait pas en mesure de répondre efficacement à une violation ou à une perte de données, et ce en raison d’un manque de personnel qualifié en interne. Pour les entreprises, héberger leurs données dans le cloud est ainsi une manière d’accroître leur cyber-résilience.

Pourtant, les solutions cloud sont loin d’être infaillibles, et certains responsables IT craignent une perte de contrôle, de souveraineté et de confidentialité sur les données de leur entreprise. Par ailleurs, choisir une solution cloud dont le fournisseur viendrait à modifier les conditions générales de vente, les processus et les tarifs, n’est pas impossible. Pour éviter de se retrouver enfermées dans une relation commerciale qui ne répondrait plus à leurs besoins, certaines entreprises se détourneront donc des solutions en cloud.

Il n’existe donc pas de choix miracle entre le stockage des données sur le cloud ou sur site. L’important est surtout de déterminer où héberger les données en fonction de leur importance, de connaître le niveau de protection de chaque solution retenue et de pouvoir garder une vue d’ensemble des données stockées.