Publié par UnderNews Actu - Télécharger l'application Android

En matière de vidéosurveillance, quelle est votre stratégie de stockage ? Où envisagez-vous de stocker vos données ? Combien de temps devrez-vous les conserver ? À quelle fréquence aurez-vous besoin d’y accéder ?

Tribune par Gabriel Chaher, Vice-Président Global Market Development, Quantum – Ces questions revêtent une importance capitale pour les organismes chargés du maintien de l’ordre et les municipalités, d’autant plus au regard des changements que connaît actuellement le secteur de la surveillance. Le nombre de flux vidéo des caméras de vidéosurveillance ne cesse d’augmenter. Les caméras analogiques cèdent rapidement la place à leurs homologues numériques haute résolution. Les caméras portatives se généralisent. Et les durées de rétention des vidéos s’allongent.

Tous ces changements engendrent des volumes de contenu vidéo plus élevés que jamais auparavant. Selon le cabinet d’analystes IHS, 859 pétaoctets de données vidéo seront générés quotidiennement en 2020. La question est donc la suivante : que faire de cette masse de données ?

Nombreux sont ceux qui envisagent le stockage dans le Cloud comme une solution possible au problème. Dans l’ensemble, les entreprises acceptent de plus en plus l’idée de stocker leurs données dans le Cloud, un phénomène qui contribue à l’essor du marché des services de Cloud public. Gartner avait prédit que le marché mondial pèserait 208,6 milliards de dollars en 2016, une nette hausse par rapport à 2015 où le marché a plafonné à 178 milliards de dollars. Gartner tablait également sur une progression de l’IaaS (Infrastructure-as- a-Service) et du SaaS (Software-as- a-Service) de 42,8 % et 21,7 %, respectivement.

Quel rôle le stockage dans le Cloud doit-il jouer au sein de votre infrastructure de surveillance ? En fait, tout dépend de votre stratégie de stockage globale, et de l’équilibre souhaité entre capacité, performances, accessibilité et coûts.

L’évolution des technologies de surveillance se traduit par un afflux de données pour les organismes chargés du maintien de l’ordre et les municipalités. Prenons un exemple simple : une caméra 1080p génère en moyenne 10 Go de contenu vidéo par jour. Avec une installation équipée de 50 caméras et une durée de rétention des vidéos d’un an, la capacité de stockage requise s’élève à 183 téraoctets. Dans un scénario de surveillance urbaine, le nombre de caméras peut se compter par milliers, voire par dizaines de milliers, selon la taille du déploiement, ce qui accroît encore les besoins en stockage.

Examinons à présent le cas des caméras portatives utilisées par les forces de l’ordre. Un agent de police qui enregistre 4 heures de vidéo par jour pendant un an à l’aide d’une caméra portative produit plus d’un téraoctet de données vidéo. En admettant que 1 000 agents soient équipés de ce dispositif dans votre département, cela représente au total plus d’un pétaoctet de vidéos par an.

PIA VPN

Le stockage dans le Cloud est une option intéressante. Les prix varient selon les fournisseurs et la durée du contrat, mais la plupart proposent un coût par gigaoctet assez bas pour le stockage des données. D’autres paramètres et dépenses doivent toutefois être pris en compte. En effet, le modèle de tarification du Cloud comprend généralement des frais supplémentaires distincts pour des activités telles que le déplacement des données, l’accès aux fichiers et leur récupération, les suppressions et l’assistance. Les contrats sont parfois complexes et les coûts s’additionnent très vite. Par exemple, la ville de Baltimore, aux États-Unis, a analysé les coûts de stockage dans le Cloud pour un projet de déploiement de caméras portatives. Tous frais confondus, l’analyse a révélé que le coût moyen de la solution Cloud s’élèverait à 1,3 million sur un an. Avec un contrat de 5 ans, ce chiffre s’envole de manière exponentielle pour atteindre en moyenne à peine moins de 15 millions de dollars.

Déterminez comment le Cloud peut s’intégrer à votre stratégie de stockage globale. L’élasticité et l’aspect distant du stockage dans le Cloud représentent des avantages considérables pour certaines applications, comme la réplication à distance à des fins de reprise après incident et l’archivage à long terme. Néanmoins, le Cloud ne convient pas à toutes les applications. Avant d’intégrer une solution de stockage dans le Cloud, réfléchissez à la façon dont vous souhaitez l’utiliser et aux besoins de l’application. Posez-vous ensuite la question de son coût à long terme.

Une gestion économique des données se résume à trouver un juste équilibre entre performances, accessibilité et coûts. Une stratégie de stockage des données de surveillance entièrement basée sur le Cloud peut avoir un coût prohibitif, et ne satisfait pas nécessairement aux exigences de performances ou d’accessibilité. Une solution de stockage multi-niveau alliant disque hautes performances, bande et Cloud permet en revanche de profiter à la fois de l’évolutivité du Cloud et des avantages d’autres supports de stockage en termes de coûts. Selon vos capacités de gestion des données, chaque support, y compris les options Cloud tierces, peut être géré en tant que niveau distinct régi par des règles définies par l’utilisateur. Vous bénéficiez ainsi d’un plus grand contrôle sur l’emplacement de stockage de vos fichiers et d’une meilleure maîtrise de vos coûts de stockage.

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Twitter Facebook Google Plus Linkedin Pinterest email
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore noté)
Loading...

Mots clés : , , , ,


Vos réactions