Prédictions 2024 : Les nouvelles frontières de la cybersécurité

0
161

À l’horizon 2024, l’accroissement significatif des investissements dans l’intelligence artificielle s’annonce comme le catalyseur d’une transformation radicale de la sécurité informatique, redéfinissant les contours de la protection technologique.

Tribune par Ajay Thadhaney, Sales Director France & Iberia d’Onapsis – L’augmentation des investissements dans l’IA déclenchera un changement radical dans la sécurité de l’IA, remodelant le paysage de la protection technologique.

En 2024, alors que les investissements dans l’IA continuent de croître, un changement radical se produira dans le domaine de la sécurité de l’IA. Les modèles d’IA, en particulier les grands modèles de langage et l’IA générative, étant intégrés à chaque facette de la chaîne logicielle dans diverses industries, la demande de protection de ces technologies contre les menaces évolutives telles que l’injection rapide et d’autres attaques malveillantes atteindra des niveaux sans précédent.

Malgré la relative nouveauté de ces avancées, l’impératif de mesures de sécurité rigoureuses gagnera du terrain, marquant un tournant dans le parcours de la technologie de l’IA. Alors que, nous faisons face à des volumes conséquents de données et de nouveaux défis, nous assisterons à un effort concerté pour fortifier les frontières et assurer la croissance responsable de cette technologie transformatrice.

2024 est synonyme d’une demande accrue de la part des clients pour des mesures et des garanties de sécurité renforcées dans tous les secteurs d’activité.

L’année prochaine, les clients de différents secteurs seront de plus en plus demandeurs de mesures et de garanties de sécurité renforcées. L’accent étant mis de plus en plus sur la protection contre un large éventail de menaces, l’année à venir verra une augmentation des attaques contre la chaîne d’approvisionnement, sous l’effet des tensions géopolitiques et de l’évolution des vecteurs d’attaque. Cette évolution du paysage des menaces aura des ramifications mondiales, se manifestant par une recrudescence des incidents liés aux ransomwares, des compromissions d’e-mails et de l’exploitation de vulnérabilités de type “zero-day” dans divers secteurs. Les entreprises doivent donc se préparer à relever un défi de cybersécurité accru afin de protéger leurs actifs numériques et la confiance de leurs clients. Cette situation s’accompagne également d’une surveillance accrue des budgets dans tous les domaines, y compris celui de la sécurité, de sorte que les entreprises devront donner la priorité à ce qui compte le plus lorsqu’elles décideront des priorités en matière de dépenses de sécurité.

Les acteurs des États-nations saisiront les occasions de manipuler les données et d’en faire des armes au service de leurs intérêts stratégiques.

Le défi consistant à distinguer les données légitimes des fausses informations restera au premier plan des préoccupations mondiales. Les acteurs étatiques nationaux saisiront l’occasion de manipuler les données et d’en faire des armes pour leurs intérêts stratégiques. Alors que les gouvernements et les pays luttent contre l’évolution des menaces liées aux ransomwares et aux cryptomonnaies, le domaine de la guerre de l’information deviendra encore plus complexe.

Avec la prolifération de l’IA générative, ces acteurs étatiques emploieront des techniques innovantes pour générer une désinformation convaincante, brouillant encore davantage les frontières entre la vérité et le mensonge. Le jeu du chat et de la souris en matière de cybersécurité persistera, obligeant les nations non seulement à défendre leurs infrastructures critiques, mais aussi à investir massivement dans le développement de technologies innovantes pour vérifier l’authenticité des données et se protéger contre la manipulation malveillante des données.

L’augmentation du coût des sinistres liés aux cyberattaques en 2024 poussera les assureurs à réévaluer leurs polices d’assurance.

En 2024, nous assisterons à une forte augmentation des demandes d’indemnisation liées aux cyberattaques. Cette augmentation devrait inciter le secteur de l’assurance à déployer des efforts concertés pour imposer des exigences plus strictes aux membres des conseils d’administration et aux dirigeants, afin qu’ils aient une connaissance approfondie de la cybersécurité. Tout comme les régions frappées par les ouragans ont vu leurs polices d’assurance dommages devenir insoutenables, l’augmentation du coût des sinistres cyber obligera les compagnies d’assurance à réévaluer leurs offres.

Par conséquent, nous verrons apparaître de nouvelles restrictions qui obligeront les dirigeants des entreprises à faire preuve d’expertise en matière de sécurité et de ransomware, tout en établissant des processus et des cadres technologiques solides pour faciliter une réponse efficace en cas d’incident. Cette approche proactive vise à garantir que l’époque où l’on se contentait de demander un recouvrement soit remplacée par une liste de contrôle bien préparée face aux attaques de cybersécurité.