Kaspersky révèle le plan des dirigeants pour combler le déficit de compétences grâce à l’IA générative

0
20

Selon une nouvelle étude menée par Kaspersky, bien que la plupart des cadres exécutifs  « ne soient pas sûrs de comprendre comment l’IA fonctionne réellement », 29 % d’entre eux prévoient d’utiliser les outils d’IA tels que Chat GPT pour les nombreux avantages qu’ils présentent, mais aussi pour palier au déficit de compétences. L’enquête menée auprès de 2 000 cadres supérieurs en Europe révèle que l’IA générative est une priorité pour les entreprises, régulièrement mise à l’ordre du jour : en France, la quasi-totalité (95 %) des personnes interrogées ont déclaré discuter régulièrement des moyens de maximiser l’utilité de la technologie en conseil d’administration. Toutefois, 91 % d’entre elles souhaitent mieux comprendre son fonctionnement ainsi que la destination des données une fois saisies.

Tribune – Les principaux freins à l’adoption de nouvelles technologies sont le prix, l’incertitude quant au retour sur investissement (ROI) et la nécessité de se former en amont. L’IA générative présente moins d’obstacles à l’adoption, ce qui la rend d’autant plus attrayante pour les cadres supérieurs qui cherchent à résoudre des problèmes commerciaux. Les résultats montrent que, malgré les inquiétudes liées à l’utilisation d’informations sensibles alimentant les outils d’IA générative, 43 % des cadres français interrogés veulent intégrer l’IA générative dans leurs routines afin d’accélérer les tâches administratives, mais aussi à la routine de leurs employés (43 % également). 

Les difficultés de recrutement sont plus élevées que jamais. En effet, selon Pôle Emploi, 61 % des recrutements sont jugés difficiles par les employeurs en France 2023. L’IA est d’ores et déjà considérée comme un moyen efficace et accessible d’améliorer les compétences et de responsabiliser les employés. Les cadres supérieurs pensent que l’IA comble les écarts de productivité dans les départements informatiques (21%), marketing (18 %) et les ventes (14 %). 

« Alors que notre étude révèle que de nombreux dirigeants sont préoccupés par les risques liés à l’IA, la bonne compréhension de son fonctionnement et les mesures prises ne reflètent pas ces inquiétudes. L’écart entre la mise en œuvre des outils IA et la compréhension des enjeux qui y sont liés constitue le plus grand risque pour les entreprises », explique David Emm, chercheur principal en sécurité chez Kaspersky. « L’IA générative est pratique pour réaliser en quelques minutes des tâches qui nécessitent des ressources importantes, des compétences et de l’expérience. Cependant, il est important de noter que même si les équipes utilisent ces outils pour améliorer la productivité, une fois que les données sont entrées dans un outil d’IA générative, elles peuvent être exploitées. L’utilisation de l’IA se déploie dans les entreprises avant même que les politiques n’aient pu prendre des mesures à son sujet. Vous pouvez faire face à une situation dans laquelle les équipes informatiques doivent rattraper leur retard en matière de sécurité, tout comme nous l’avons vu avec la tendance BYOD il y a dix ans. Une fois le problème apparu, il est très difficile de le régler. À partir du moment où des données ont été confiées à des plateformes d’IA, aucune politique d’IA rétroactive ne pourra restaurer cette propriété intellectuelle. »

Certains chefs d’entreprise ont exprimé leur scepticisme à l’égard de la technologie et de son avenir. Un peu plus d’un quart d’entre eux (48%) estiment que c’est un succès éphémère à l’image de l’application Threads récemment lancée par Meta. Ces dirigeants ont déclaré qu’ils pensaient que l’IA générative n’était qu’une nouvelle mode qui disparaîtra aussi vite qu’elle est apparue. Concernant l’impact à long terme de l’IA sur les opérations commerciales, l’avenir nous le dira. Cependant, les personnes interrogées, déclarant que les employés automatisent déjà des tâches telles que la création d’email (20 %), estiment que cette tendance technologique n’est pas près de disparaître.

Emm poursuit : « Si l’on souhaite déléguer des tâches à l’IA générative, il est essentiel que la direction générale comprenne les processus de gestion des données, y compris des données qui peuvent et ne peuvent pas être utilisées. Si l’IA générative présente des avantages commerciaux évidents, il est essentiel d’être informé et de collaborer avec des experts en cybersécurité afin d’établir un environnement dans lequel l’IA générative est utilisée en toute sécurité. Il n’y a pas que des mauvaises nouvelles : l’IA générative offre des opportunités commerciales exceptionnelles, comme l’amélioration des procédures de cybersécurité. »