Démystifier la perception de la transformation digitale pour les TPE/PME

0
24

À l’ère du numérique, la transformation digitale est devenue un vecteur incontournable de croissance et d’innovation pour les entreprises de toutes tailles. Malgré cela, de nombreuses petites et moyennes entreprises (TPE/PME) hésitent encore à franchir le pas, souvent freinées par des idées reçues et des mythes persistants autour de la digitalisation, particulièrement dans le domaine de la gestion financière. Ces mythes, allant de la complexité supposée des technologies à l’inquiétude concernant la sécurité des données, constituent des barrières psychologiques et pratiques qui peuvent empêcher les TPE/PME de réaliser le plein potentiel des outils numériques à leur disposition.

Tribune – Pour Neila Choukri, fondatrice et DG de Kolecto, dans un contexte économique où l’agilité et la capacité à s’adapter rapidement aux changements sont des atouts majeurs, il est crucial pour les TPE/PME de comprendre la réalité de la transformation digitale et de se défaire des préjugés qui les entravent.

« La digitalisation n’est pas seulement une question de survie dans un monde de plus en plus connecté, mais aussi une opportunité inestimable de simplifier, sécuriser et optimiser la gestion financière. Voici les cinq des mythes les plus répandus autour de la transformation digitale en gestion financière.

1 : la digitalisation est perçue comme un luxe plutôt qu’une nécessité pour les TPE/PME

Beaucoup de TPE-PME considèrent encore la digitalisation comme un luxe et non comme une nécessité, la percevant comme une pratique des grandes entreprises et non prioritaire face à leurs contraintes budgétaires. Cette vision fait abstraction de l’existence d’outils sur mesure et de solutions adaptées à leurs besoins spécifiques, – souvent par méconnaissance -, qui peuvent non seulement leur faire gagner du temps mais aussi améliorer leur compétitivité. Les investissements initiaux dans la digitalisation, souvent perçus comme prohibitifs, sont en réalité accessibles et rapidement compensés par les gains d’efficacité et les économies réalisées.

2 : elles estiment que les outils numériques sont trop complexes à utiliser

La crainte d’une complexité insurmontable constitue un frein majeur. Pourtant, leses développeurs de logiciels de gestion financière s’efforcent de rendre leurs produits aussi intuitifs et accessibles que possible. De nombreuses applications sont conçues avec une approche “user-friendly”, et les fournisseurs proposent souvent des formations adaptées ainsi qu’une assistance continue pour faciliter la transition numérique. La conséquence perçue de cette crainte est une réticence à adopter des outils qui pourraient pourtant simplifier et améliorer significativement les opérations quotidiennes.

3 : le numérique est perçu comme un risque de sécurité pour les données

La sécurité des données financières reste une préoccupation majeure pour les PME, non seulement parce qu’elles disposent souvent de ressources limitées pour faire face aux cybermenaces mais aussi parce que ces dernières sont en constante augmentation. Cependant, la transformation digitale ne doit pas être synonyme de vulnérabilité. Il est à noter que les solutions numériques modernes intègrent des protocoles de sécurité avancés, tels que le chiffrement des données et des systèmes d’authentification robustes, offrant une protection bien supérieure à celle des méthodes traditionnelles. La numérisation facilite également la conformité avec les réglementations sur la protection des données, rassurant ainsi les entreprises quant à la sécurité de leurs informations financières.

4 : la digitalisation est considérée comme une menace aux opportunités de création d’emplois

Contrairement à la croyance populaire, la digitalisation ne réduit pas nécessairement les opportunités de création d’emplois, mais les transforme. L’introduction de nouvelles technologies et la transition vers des systèmes numériques créent une demande pour de nouvelles compétences et des postes spécialisés au sein des entreprises. Plutôt que d’éliminer les emplois, la digitalisation offre l’opportunité de requalifier le personnel existant et d’attirer de nouveaux talents capables de gérer et d’optimiser ces technologies. Ce processus contribue à l’évolution de l’entreprise en intégrant l’innovation et la spécialisation, essentielles pour rester compétitif dans un marché en constante évolution. En investissant dans la formation et le développement des compétences numériques, les TPE/PME peuvent non seulement améliorer leur efficacité opérationnelle mais également ouvrir la porte à de nouvelles avenues de croissance et de diversification.

5 : la digitalisation risque d’éliminer le contact humain et personnel dans les affaires

Un mythe courant parmi les TPE/PME est que la digitalisation entraînerait une perte du contact humain et personnel si crucial dans les relations d’affaires, en particulier pour les petites entreprises qui s’appuient sur une approche client personnalisée. Cette crainte est basée sur l’idée reçue que la technologie crée une barrière entre l’entreprise et ses clients, et tend à s’amplifier avec la montée en puissance de l’intelligence artificielle. En réalité, la digitalisation peut enrichir les interactions humaines plutôt que de les remplacer. Steve Jobs lui-même le disait, “la technologie seule ne suffit pas”. Les outils numériques offrent de nouvelles voies pour engager la conversation, comprendre les besoins des clients grâce à l’analyse de données et fournir un service plus réactif et personnalisé. En utilisant la technologie pour améliorer les interactions humaines, les TPE/PME peuvent renforcer leurs relations avec les clients tout en bénéficiant d’une efficacité opérationnelle accrue.

En démystifiant ces cinq idées reçues, les TPE/PME peuvent aborder la transformation digitale en gestion financière avec une perspective plus claire, sereine et confiante. Il est essentiel de reconnaître que cette transition n’est pas seulement faisable, mais également bénéfique à de nombreux égards. Avec les bons outils et une approche informée, la digitalisation des systèmes et des pratiques peut devenir un levier puissant pour l’efficacité, la sécurité et la croissance des petites et moyennes entreprises dans l’économie numérique moderne. »