La cryptomonnaie Monero cible d’attaques massive via botnet

0

Les chercheurs de Proofpoint ont dévoilé aujourd’hui le détournement des paiements de ransonware Bitcoin via les domaines onion et présentent leurs nouvelles analyses concernant le réseau minier de Monero.

Tribune Proofpoint – Ils ont suivi une menace non documentée antérieurement dans laquelle des acteurs malveillant volent des bitcoins via le serveur proxy Tor proxy onion.

Les opérateurs de ce proxy détournent les paiements Bitcoin des victimes du logiciel de rançon vers leurs propres portefeuilles en modifiant la source des pages Web utilisées pour le paiement et en remplaçant les adresses Bitcoin contrôlées par l’auteur du ransonware par les leurs.

Par conséquent, les opérateurs de proxy n’empêchent pas seulement les victimes des logiciels de rançon de décrypter leurs fichiers en payant une rançon, mais volent également les acteurs de menace distribuant des ransonware. Il semble qu’il s’agisse du premier système de ce type qui touche à la fois les victimes et les auteurs de ransonware.

Même avec la volatilité récente du prix de la plupart des devises cryptographiques, en particulier le bitcoin, l’intérêt des utilisateurs reste élevé. Dans le même temps, les alternatives aux bitcoins comme Monero et Ethereum poursuivent leur tendance à la hausse se plaçant ainsi dans la ligne de mire des acteurs menaçants à la recherche de profits rapides et de transactions anonymes.

Récemment, les chercheurs de Proofpoint ont suivi le gigantesque réseau de robots Smominru, dont la puissance de calcul combinée avait rapporté des millions de dollars à ses opérateurs.

Pour plus de détails sur ce sujet consulter l’article de blog en anglais “Smominru Monero mining botnet making millions for operators” de Proofpoint.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Notifiez-moi des commentaires à venir via e-mail. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.