Publié par UnderNews Actu

L’équipe de chercheurs en sécurité d’ESET, en collaboration avec le CERT-Bund (Allemagne), l’agence nationale suédoise de recherche sur les infrastructures réseau (SNIC) et d’autres agences en sécurité, ont découvert une vaste campagne d’attaques cybercriminelles qui a pris le contrôle de plus de 25 000 serveurs UNIX dans le monde entier. 

Baptisée « Windigo » par les experts en sécurité informatique cette campagne d’une ampleur inédite a généré l’envoi de millions de pourriels par les serveurs infectés. Le piratage de ces serveurs n’est en réalité que la 1ère étape de cette opération complexe qui a pour finalité l’infection et le vol d’information des ordinateurs qui s’y connectent. 

L’équipe d’experts en sécurité d’ESET qui a mis à jour cette vaste campagne publie aujourd’hui un document technique détaillé présentant leur découverte ainsi qu’une analyse du malware. Ce document donne également la marche à suivre pour détecter si votre infrastructure est infectée et indique la procédure permettant de supprimer le code malveillant.

Opération Windigo : 3 années sous les radars des experts

Malgré la détection parcellaire de Windigo par certains experts en sécurité, cette vaste campagne cybercriminelle, en raison de son ampleur et de son architecture complexe, est parvenue à déjouer la vigilance de la communauté d’experts. 

« Depuis 2 ans et demi, Windigo s’est renforcé en prenant le contrôle de 10 000 serveurs, sans être détecté par la communauté d’experts en sécurité » constate Marc-Etienne Léveillé, chercheur en sécurité chez ESET. « Plus de 35 millions de pourriels sont envoyés chaque jour à d’innocentes victimes, encombrant leur boîte de réception et menaçant la sécurité de leur ordinateur. Pire encore, chaque jour, plus d’un demi-million d’ordinateurs sont menacés par la simple visite d’un site Internet dont le serveur est infecté. L’internaute est alors redirigé vers des malwares ou des annonces publicitaires. »

Il est intéressant de noter que la menace varie en fonction du système d’exploitation de l’utilisateur. Ainsi, pour un ordinateur sous Windows visitant un site infecté, Windigo, tente d’installer un malware via un kit d’« exploit ». En revanche, Windigo affiche des publicités de sites de rencontres pour les utilisateurs sous MAC OS. Les possesseurs d’iPhone, quant à eux, sont redirigés vers des contenus pornographiques. 

Appel aux administrateurs systèmes pour éradiquer Windigo

Plus de 60% des sites Internet à travers le monde sont hébergés sur un serveur Linux. C’est pourquoi l’équipe de chercheurs en sécurité d’ESET lance un appel aux webmasters et administrateurs systèmes pour qu’ils s’assurent que leurs serveurs n’aient pas été compromis. 

« Nous sommes conscient que les webmasters et les équipes techniques ont déjà leurs propres problèmes à gérer sans avoir à rajouter une charge de travail supplémentaire, mais Windigo pose une réelle menace. Tout le monde souhaite contribuer à un Internet meilleur. Vous avez à présent l’occasion d’y prendre part en protégeant de manière très concrète des millions d’internautes. » déclare Marc-Etienne Léveillé. « Face à une telle menace, ne rien faire c’est contribuer à l’expansion du malware et des pourriels. Quelques minutes de votre temps peuvent concrètement faire la différence. » 

Comment savoir si votre serveur est infecté par Windigo ?

Cette campagne a été surnommée « Windigo » par les chercheurs en sécurité d’ESET en référence à la créature maléfique et cannibale de la mythologie des Amérindiens algonquiens.

ESET recommande aux administrateurs systèmes sous UNIX et aux webmasters d’exécuter la ligne de commande suivante afin de vérifier l’intégrité de leur système : 

$ssh -G 2>&1 | grep -e illegal -e unknown > /dev/null && echo « System clean » || echo « System infected » 

Un traitement de choc pour les victimes de Windigo

« En réalité, la backdoor (porte dérobée) « Ebury » propagée par la campagne de cybercriminalité Windigo n’exploite pas une vulnérabilité de Linux ou d’OpenSSH » poursuit Marc-Etienne Leveillé. « Elle est installée manuellement par les cybercriminels. Le fait qu’ils aient réussi à répliquer cette attaque sur des dizaines de milliers de serveurs différents est tout simplement effrayant. Si les solutions anti-virus et d’authentification forte sont désormais largement répandues sur les postes de travail, elles sont en revanche rarement employées pour protéger les serveurs. Ils sont, par conséquent, une cible vulnérable pour le vol d’identifiants et le déploiement de logiciels malveillants. »

Si les administrateurs systèmes constatent que leurs serveurs sont infectés, il est alors recommandé de formater les machines concernées et réinstaller les systèmes d’exploitation et les logiciels. La sécurité des accès étant compromise, il est également essentiel de changer tous les mots de passe et clés privées. 

Il est recommandé d’intégrer des solutions d’authentification forte pour garantir un meilleur niveau de protection. « Nous sommes conscients que formater votre serveur et repartir de zéro est un traitement radical. Mais, si des hackers sont en possession d’un accès distant à vos serveurs suite au vol de vos identifiants administrateur, il ne faut prendre aucun risque. » explique Marc-Etienne Leveillé. « Malheureusement, certaines victimes avec qui nous sommes en contact savent qu’elles sont infectées mais n’ont pour l’instant rien fait pour nettoyer leurs systèmes mettant ainsi en danger toujours plus d’internautes. »

Enfin, ESET rappelle qu’il ne faut jamais choisir ou réutiliser un mot de passe facile à casser. ESET a publié les détails de son enquête sur la campagne cybercriminelle Windigo et les nombreux logiciels malveillants composant cette menace.

Retrouvez le rapport d’enquête complet sur : welivesecurity.com/windigo

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
  • Facebook
  • Twitter
  • Google Buzz
  • MySpace
  • Yahoo Buzz
  • Technorati
  • Netvibes
  • Delicious
  • Digg
  • Windows Live
  • LinkedIn
  • E-Mail

Classé dans : Malwares

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, note : 4,00 sur 5)
Loading ... Loading ...

Mots clés : , , , , , , , , ,

ARTICLE PRECEDENT

ARTICLE SUIVANT


Vos réactions
  1. steeve

    l’oppsion G n’est pas connu par SSH sur mon linux (ubuntu 12.04 LTS) et une fois la commande complète me renvoi « system infected » (idem sur un lubuntu 13.10 installé hier après midi) puis après avoir lancé la partie de la commande après les && qui m’a renvoyé « system clean » il m’affiche dorénavant avec la commande complète « system clean » c’est vraiment étrange tout ça, j’ai l’impression que c’est du fland pour faire flipper les gens…..


Connexion via :




Notifiez-moi des commentaires à venir via e-mail. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.