Publié par UnderNews Actu

Selon une étude réalisée par Bitdefender, les malwares bancaires sous Android font particulièrement des dégâts en Europe et en Amérique du Nord, tandis que les publicités intempestives et autres adwares agressifs sont plutôt réservés à l’Asie.

Selon cette étude, parmi les pays ayant le plus de risques d’être touchés par les malwares bancaires Android, nous retrouvons en tête les Etats-Unis (16%) suivis de près par la France (15%), la Roumanie (15%), le Royaume-Uni (10%) et l’Allemagne (9%). Ces 5 pays regroupent
à eux seuls près des 2/3 des malwares de ce type recensés en Europe et en Amérique du Nord.

Dans le même temps, les adwares « agressifs » gagnent en importance en Asie, et représentent 50% du total des adwares. On atteint même le chiffre de 53% en Inde.

« Les utilisateurs Android en Europe et en Amérique du Nord doivent faire particulièrement attention aux trojans qui cherchent à atteindre leur porte-monnaie », déclare Catalin Cosoi, Responsable des stratégies de sécurité des Laboratoires Bitdefender. « Les prévisions pour 2013 indiquent une forte hausse des malwares, directement proportionnelle à la hausse du nombre d’utilisateurs d’appareils Android ».
Les adwares, une nuisance en puissanceBien qu’ils ne soient pas considérés à proprement parler comme des malwares, les adwares interfèrent avec la fluidité de l’utilisation de l’OS mobile. Les malwares et adwares « agressifs » peuvent ainsi réussir à modifier le moteur de recherche par défaut des navigateurs Web, ajouter des raccourcis et afficher des publicités intempestives. Les applications populaires couplées à des adwares ralentissent en conséquence la vitesse de ces appareils.

VyprVPN

Les publicités accélèrent également la consommation de la batterie : plus vous avez installé d’applications contenant des adwares, plus votre autonomie sera réduite.

Les développeurs utilisent ce type d’adwares principalement pour générer des revenus légaux au travers des publicités au coût par clic : lorsque l’utilisateur clique sur la publicité, dans l’application ou en dehors, des bénéfices reviennent directement aux développeurs.

Les malwares et adwares sous Android ont tous les deux connu une hausse de près de 300% entre la première et la seconde partie de l’année 2012. Deux familles de malwares nuisibles ont particulièrement affecté les utilisateurs : Android.Trojan.SMSSend et Android.Trojan.FakeInst, qui comptent pour 67% des malwares de la seconde partie de l’année. Il s’agit dans les deux cas d’envois de SMS surtaxés.

Comment se protéger ?

Pour se protéger des malwares et des applications comportant des adwares, Bitdefender recommande l’installation d’une solution de sécurité mobile capable de détecter les menaces et d’avertir l’utilisateur des comportements douteux sur son appareil.

Lisez attentivement les permissions des applications que vous installez, et téléchargez toujours vos applications depuis les plateformes officielles pour limiter le risque d’infection. Etant donné la prévision de forte croissance des infections prévue en t 2013, il est bien sûr recommandé de désactiver l’option « Autoriser l’installation des applications non Market » depuis l’onglet Applications des paramètres.

L’étude a été portée sur des appareils Android utilisant la solution Bitdefender Mobile Security entre le 1er janvier et le 1er décembre 2012.

Les mentions de produits et d’entreprises ici présentes le sont uniquement pour des raisons d’identification et sont la propriété, voire les marques déposées, de leurs propriétaires respectifs.
Cet article a été écrit grâce aux informations fournies par les Laboratoires Bitdefender.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
  • Facebook
  • Twitter
  • Google Buzz
  • MySpace
  • Yahoo Buzz
  • Technorati
  • Netvibes
  • Delicious
  • Digg
  • Windows Live
  • LinkedIn
  • E-Mail

Classé dans : Malwares

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, note : 3, 00 sur 5)
Loading...Loading...

Mots clés : , , , ,


Vos réactions

Ils parlent du sujet :





Notifiez-moi des commentaires à venir via e-mail. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.