Publié par UnderNews Actu

Suite à une nouvelle tentative d’intrusion dans le PSN (Playstation Sony Network), 93000 comptes utilisateurs ont été ciblés. La firme nippone assure qu’aucune donnée personnelle n’a été compromise.

Six mois après les gros déboires de Sony et de son réseau Playstation, le cauchemar revient : une nouvelle tentative d’intrusion a été détectée cette nuit, contre la base de données. 93000 comptes ont été visités par des personnes non autorisées, mais le directeur de la sécurité de Sony s’est employé à minimiser l’impact de l’attaque sur le blog officiel de Sony.

« Nous préconisons, comme mesure préventive, de changer le mot de passe pour les utilisateurs compris dans ces 93 000 adresses», demande Philip Reitinger, ancien monsieur sécurité des départements américains de la défense et de la sécurité intérieure et RSSI de Sony depuis début septembre. Les utilisateurs concernés seront prévenus par mail. Il souligne aussi que c’est donc 0,1% de la base de données qui est touchée, sur le PSN, mais aussi les Sony Entertainment Network (SEN) et Sony Online Entertainment (SOE). 

IP Vanish VPN

Rapidement, Sony a suspendu les comptes visés, et aurait donc assuré la sauvegarde de toutes les données, sans qu’elles aient été visitées. Aucune donnée bancaire n’a vraisemblablement été affectée. 

Si l’information se vérifie, Sony a donc bien joué le coup. Et peut se féliciter d’avoir embauché Philip Reitinger, dont c’était le baptême du feu, tant pour l’aspect communication que pour la sécurité proprement dite.

 
Source : L’Informaticien
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
  • Facebook
  • Twitter
  • Google Buzz
  • MySpace
  • Yahoo Buzz
  • Technorati
  • Netvibes
  • Delicious
  • Digg
  • Windows Live
  • LinkedIn
  • E-Mail

Classé dans : Hacking

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, note : 3,00 sur 5)
Loading ... Loading ...

Mots clés : , , , , , , , , , ,

ARTICLE PRECEDENT

ARTICLE SUIVANT


Vos réactions

Connexion via :




Notifiez-moi des commentaires à venir via e-mail. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.